OPFOR pour la PM

  • par

Lavey : novembre 2022, mai et novembre 2023

Durant le stage de formation de base des sous-officiers sécurité de la Police militaire, dans le cadre de leur exercice final et de contrôle des acquis, l’ASSO Sion a participé comme figurants/OPFOR en appui aux instructeurs chargés de cette formation.  La formation de base (FoBa) se déroule sur 4 mois en formation centralisée, puis 2 mois de stage pratique décentralisé sur le territoire. En cas de réussite, les aspirants sont engagés en tant que sous-officiers de carrière spécialiste au sein de la Police militaire de l’Armée suisse.

« Le commandement d’engagement du service de sécurité de la police militaire est la formation professionnelle du commandement de la police militaire spécialisée dans la protection des infrastructures critiques de l’armée et chargée de mener des actions de protection et de sûreté au sein de l’armée. Il est constitué de personnel militaire dont la formation de base porte principalement sur la police de sécurité. » source: DDPS

Avant chaque situation, les instructeurs expliquent en détail aux figurants quels comportements à adopter afin d’examiner la gestion du cas par les aspirants.

Les tâches des figurants étaient diverses, car dans le cadre de simuler des situations de rupture sécuritaire afin de tester le comportement des aspirants. Les figurants, tous des membres de l’ASSO Sion, proviennent de différents milieux professionnels et offrent une représentativité de la population : hommes et femmes, jeunes à moins jeunes (de 19 à 60 ans !)

La direction d’exercice donne des tâches très précises aux figurants, afin d’éviter des improvisations burlesques et inopinées pouvant générer des contextes irréalistes. Pour permettre une mise en situation appropriée, les figurants portent un brassard rouge et blanc, qu’ils soient en tenue civile ou en TAZ.

Contrôle et fouilles de bagages: comme à l’aéroport, mais ces passagers là ont parfois des objets surprises dans leur sac !

.

Ces futurs militaires professionnels devront assurer des tâches diverses : sureté et protection des installations militaires (Bases aériennes, centres logistiques, etc.)  et appui subsidiaire aux autorités civiles.

Arrestation de badauds un peu curieux et récalcitrants autour d’une installation militaire sécurisée.

Plusieurs situations se sont déroulées le matin : contrôle des bagages et personnes (portique X-Ray), ainsi que des patrouilles à pied lors d’une manifestation et/ou autour d’une installation militaire critique. Routine, personnes récalcitrantes, badauds agressifs et arrogants tel était le menu des différents scénarios accomplis par l’ASSO Sion.

Le parcours d’endurance est le point d’orgue de la journée.

Le clou de la journée se déroulait dans une immense bâtisse fédérale transformée en « parcours du combattant urbain »: couloirs sombres, appartements délabrés avec l’engagement potentiel d’ armes de simulation.

Les obstacles s’enchainaient les uns après les autres: isolement dans le noir avec une musique infernale, les yeux bandés. Début du parcours dans l’inconnu: pose d’un tourniquet à un civil blessé par un agresseur en fuite. Rencontre brusque avec un civil paniqué. Calculs mentaux en plein stress. 2 minutes de punching-ball à pleine puissance. Et au final, un combat au corps-à-corps avec un sparring-partner déterminé !

Vidéo du combat avec le sparring-partner

Facile quand on est assis. Mais après plusieurs postes physiques, techniques et le stress qui monte, le boulier ne répond plus!
Dernier obstacle: un beau bébé de l’ASSO qui balance des torgnoles aux candidats épuisés. Cà réveille !
Faut-il croire ce que ce « civil » nous raconte ?

Au final, une journée bien rythmée. La direction d’exercice  était très satisfaite des prestations des membres de l’ASSO Sion, les échos des aspirants étaient très positifs.