Le Bivouac

  • par

Partie 1: la protection

Bivouac: c’est quoi ?

Le mot découle de l’allemand Biwacht, en gros une halte gardée. Pour les randonneurs et alpinistes, il s’agit d’un camp provisoire, prévu ou imprévu ( orage, brouillard, fatigue, égarement, blessure, etc.).

Pour les militaires, le bivouac est une phase tactique : s’infiltrer de nuit en réduisant la visibilité et traçabilité, s’arrêter un certain temps en halte gardée, avant de progresser de nouveau. Cette partie sera traitée plus tard ainsi que le bivouac sous neige.

Mauvais cheminement, météo imprévue, fatigue ou blessure: quand prendre la décision d’établir un bivouac ?

Protection contre les éléments naturels

Les trois plus grands risques sont l’exposition à la foudre, la pluie et le froid. L’analyse des données météo avant la course est primordiale dans le choix du paquetage. L’analyse topo est aussi très importante et liée aux risques météo.

  • Besoin d’une tente, une embase ou une bâche ?
  • Arrêt en forêt, en prairie ou zone rocheuse?

Evidemment, on évite systématiquement les bas de falaise (chute de pierre) et lits de rivière (montée des eaux).

Pour la foudre :

les arbres isolés sont à proscrire. Les tentes n’offrent aucune protection contre la foudre, au contraire les bâtons métalliques représentent un réel danger.

Les bâtons et piolets ne sont pas plus hauts que la tête ( à décrocher du sac à dos).

Position de protection : assis sur le sac à dos, les pieds serrés, ne pas s’appuyer à une paroi, un arbre ou un poteau/ pylône.

Dans une forte pente, il faut s’accrocher à un appui car la foudre peut projeter la personne touchée. Les câbles d’assurage des via ferrata sont à proscrire car ils conduisent la foudre.

Impact d’un éclair
Les blessures de la foudre sont impressionnantes, sans oublier le risque de mort instantanée…

Durée en secondes entre la vision de l’éclair et le bruit du tonnerre X 340m = distance du foudroiement.

9 secondes = 3 km      6 secondes = 2 km      3 secondes= 1 km      1seconde= 300 mètres

En l’absence de bâche ou tente, on peut choisir d’être au pied d’un arbre sans s’y appuyer, mais prêt à bouger si le tonnerre se rapproche à moins de 3 secondes entre l’éclair et le bruit du tonnerre.

La foudre peut frapper en dehors de la zone de pluie.

La tente n’offre aucune protection contre la foudre.

Si tu es dans une tente ou sous des arbres, il ne faut pas hésiter à te déplacer quand le tonnerre se rapproche de ton emplacement. Mieux vaut être mouillé durant 10 minutes que risquer un foudroiement.

Le pas de tension est à réduire au minimum.
Garder les pieds joints.
Se tenir à distance des parois et falaises
Distance avec les falaises
La via ferrata est extrêmement dangereuse en cas de foudre.

La pluie

La pluie n’est pas systématiquement accompagnée de risque de foudre, cependant il faut tenir compte des mesures de protection citées plus haut dès que le tonnerre se rapproche.

En cas de simple pluie, avec le montage d’une bâche, il faudra tenir compte des eaux de ruissellement qui gentiment, peuvent imprégner ton lieu de couchage. Des rigoles peuvent être rapidement créées.

Un poncho imperméable est une excellente protection durant la marche sous pluie et aussi permet une bonne protection en position assise. Le bivvy bag imperméable est aussi une bonne alternative. La protection contre le froid n’est efficace que si on s’isole du sol: embase / matelas de sol. A défaut, des branches de sapin constituent déjà une couche de protection, spécialement sur un sol détrempé.

Léger, imperméable et on y rentre habillé
Le matelas de sol: indispensable protection contre le froid

Evite d’enlever tes souliers si tu n’as pas de chaussettes sèches à remettre, ou du moins sèche tes pieds et remets tes souliers. Tu peux conserver des habits de rechange secs dans des pochettes imperméables et encore mieux un sac étanche ( le bon vieux sac poubelle de 35 litres doit toujours être dans un sac à dos).

Les sacs étanches protègent ton matériel de la pluie
La housse de sac protège des infiltrations d’eau.

La housse de sac à dos réduit énormément l’exposition de ton paquetage à la pluie battante.

Faim – Froid – Fatigue

Dans la planification, il faudra tenir compte des besoins en nourriture, boissons et éclairage (frontale). Tu peux aussi emporter quelques allume-feu et briquet, récupérer des branches mortes sur le bas des troncs et faire un feu abrité.

Il faudra effectuer quelques siestes, le réveil sera exigeant car on enchaîne sur la suite du parcours.

Pour les fournisseurs conseillés, retrouve-les au fond de l’article:

Affronter l’imprévu pour rester capable de terminer la mission.

Continue sur la deuxième partie: